Menu Home

Programme politique

Programme politique du *jpev suisse

Nous sommes jeunes – nous avons des rêves !

Nous rêvons que…

  • les personnes en Suisse se respectent mutuellement et aient de la considération les un·e·s pour les autres,
  • les familles soient à nouveau le centre et qu’au sein de celles-ci soient vécues les valeurs chrétiennes telles que le pardon, une manière constructive de se comporter avec les conflits et la considération mutuelle,
  • le droit à la vie soit garanti incontestablement,
  • chaque enfant en Suisse reçoive une formation d'excellente qualité lui assurant un avenir professionnel,
  • notre nature soit protégée et qu’elle puisse s’épanouir, • l'économie s'oriente au bien commun au lieu de chercher à tout prix le profit,
  • notre système de santé soit garanti de manière durable et abordable,
  • l’assurance vieillesse (AVS) soit assurée pour les prochaines générations,
  • la pauvreté et la traite d’être humains soient éradiquées dans le monde entier.

La parole de Dieu et la vie de Jésus Christ constituent notre fondement et inspiration pour ces visions. Ce constat nous demande d'agir. En nous engageant en tant que *jpev, nous représentons les valeurs à protéger et mettons en œuvre les visions pour lesquelles le combat vaut la peine. Notre programme de parti sur les pages suivantes démontre ce que les valeurs chrétiennes signifient pour nous.

Des familles solides

Nous sommes en faveur du mariage et de la famille comme piliers importants de la société dans lesquels il vaut la peine d'investir.

La famille forme l'embryon de notre société. C'est pourquoi nous voulons la renforcer et la protéger. Chaque enfant a besoin de personnes de référence durable. Dans l'idéal, il s'agit d'une mère et d'un père. Aujourd'hui, la carrière se trouve souvent au premier plan. En conséquence, l'importance du mariage et de la famille diminue constamment. Il est d'autant plus important pour nous d'encourager et promouvoir les familles et de vivre les valeurs chrétiennes à l’intérieur de celles-ci.

  • Nous voulons diminuer les charges financières des familles : par des allocations familiales plus élevées et des réductions des primes d'assurance maladie.
  • La conciliation entre le travail et la vie familiale doit être améliorée : par des contributions à la prise en soin externe (à l’éducation), la création et la promotion de places de travail à temps partiel, la mise en place d’unités d'accueil pour écolières et écoliers et par l’institution d’un congé parental.
  • Le travail éducatif des parents doit être soutenu : par des offres d'aide à l'éducation dans lesquelles les parents prennent conscience de leurs responsabilités, par des aides d'accompagnement plus élevées pour les foyers monoparentaux et par des offres de loisirs financièrement supportables pour les familles.
  • Les père et mère au foyer doivent recevoir de la reconnaissance : par la prise en compte des années d'éducation lors de la réinsertion professionnelle.

 

Une formation qui construit

Nous nous engageons pour un système d'éducation dual qui encourage les talents, soutient lors de faiblesses et se montre ouvert à tous et toutes.

La formation constitue la ressource principale de notre pays. C'est pourquoi nous exigeons une formation de haut niveau. Celle ou celui qui économise dans la formation déplace les problèmes dans l'avenir. La formation est coûteuse mais elle le mérite. Les diversités culturelles et linguistiques dans les écoles sont des défis.

  • Les systèmes scolaires cantonaux doivent être harmonisés.
  • Les enfants de réfugié·e·s doivent être intégré·e·s dans l’école publique par des cours de langue intensifs.
  • Nous exigeons un système scolaire qui puisse composer avec les besoins de chacun·e afin qu’aucun·e enfant, à résultats moindre ou à haut potentiel, ne soit défavorisé·e·s.
  • La formation sert premièrement les jeunes pour se préparer à leur vie active et non en première ligne les intérêts de l'économie.
  • La formation duale de la Suisse est un capital important. L’attractivité des apprentissages et la perméabilité du système de formation doivent être renforcées.
  • Les universités doivent être accessibles à toutes les personnes qui détiennent le talent, l’intérêt et l’endurance pour les études.
  • Les adolescent·e·s doivent apprendre à adopter des comportements responsables avec les finances (endettement des jeunes), les nouveaux médias (Internet, protection des données, etc.), l’alimentation et les « drogues » addictives. Cet apprentissage doit se faire à l’école et par le renforcement de l’environnement familial : les parents prendre au sérieur et vivre leur rôle d’exemple.

L'environnement – aussi pour les générations futures

Nous voulons protéger la création de Dieu par les énergies renouvelables, la lutte contre les déchets alimentaires, la construction compacte et la protection de la nature.

La nature ne nous offre pas uniquement une beauté sans pareil, mais elle est la condition indispensable à toute vie. Nous pouvons nous en réjouir et prendre soin d'elle. Malheureusement, en l'état actuel, elle est trop sollicitée. A long terme, le trafic, l'industrie et les ménages privés ne nuisent pas uniquement à l'environnement mais à nous aussi. De ce fait, nous nous engageons pour une politique environnementale active et durable qui a comme objectif la considération et la préservation de la création.

  • Nous exigeons la préservation des paysages « d'exception » et la biodiversité des plantes et animaux.
  • Les transports publics doivent être développés. Des mesures pour une gestion et planification du trafic intelligente sont une alternative au développement des routes. Afin que les transports publics soient utilisés, il faut veiller à l’attractivité des prix.
  • Les écosystèmes tout comme l’autosuffisance des importantes terres cultivables doivent être protégés au travers de la densification des constructions.
  • Nous saluons le détachement progressif de l’énergie nucléaire ; l’avenir appartient aux énergies renouvelables. C’est pourquoi, nous soutenons le principe des taxes élevées pour les combustibles dangereux et nuisibles au climat.
  • Le principe du pollueur-payeur doit être appliqué de manière conséquente.
  • Nous voulons encourager le recyclage par des incitations financières. Le gaspillage alimentaire dans la production, la vente et les ménages privés doit être réduit.

L'économie – un plus pour chacun·e

Nous voulons une économie qui soit utile aux gens et qui ne les exploite pas.

En Suisse, l'économie crée des places de travail et la prospérité. C'est pourquoi, de bonnes conditions cadres sont importantes. Mais l'économie est là pour tous et toutes. Personne ne doit être traité injustement que ce soit pour des raisons de profit, de concurrence, d'égoïsme ou encore des indemnités démesurées versées à d'autres.

En pourcentage, les jeunes sont les plus touché·e·s par le chômage et souffrent beaucoup de la pénurie des emplois. Le chômage des jeunes apporte de lourdes conséquences et des dommages sociaux. Mais les adolescent·e·s doivent déjà comprendre leurs responsabilités à l'école et travailler activement pour leur futur.

  • Nous nous engageons pour une économie de marché socialement juste et pour la transparence des affaires : par l'emploi élargi des labels de qualité correspondants, nous encourageons les entreprises ayant des principes de base éthiques.
  • Nous exigeons des conditions justes pour tous et toutes les employé·e·s : des salaires équitables entre hommes et femmes suffisants pour vivre, le travail dominical doit être autorisé uniquement dans les lieux où il est nécessaire et les droits de douane pour les produits en provenance de pays en voie de développement doivent être diminués.
  • Nous nous engageons pour une protection systématique des victimes de la traite d’êtres humains et du trafic d’organes. De même, nous nous engageons contre toute forme d’exploitation, qu’il s’agisse de travail forcé, dumping salarial ou encore de places de stage rémunérées déloyalement.
  • La bureaucratie des entreprises doit être minimisée.
  • Les entreprises formatrices ont besoin d'aide et des attraits financiers afin qu'elles soient encouragées à créer des places d'apprentissage. Les nombreuses interruptions de contrat d'apprentissage doivent être évitées par du coaching pour les apprenti·e·s et les entreprises.
  • Nous exigeons davantage d'entreprises d'entraînement pour occuper les jeunes au chômage et les personnes discriminées.

La santé avant tout !

Nous défendons une politique de santé chrétienne et éthique qui favorise la vie et garantit la dignité humaine.

La santé et la qualité de vie sont des éléments qui nous sont chers. De bonnes conditions cadres doivent être maintenues ou à nouveau créées. Le système de santé doit être garanti de manière durable et à prix abordable.

La vie doit systématiquement être protégée dès ses origines et jusqu’à sa mort. Il faut agir de manière responsable et équitable avec les progrès de la médecine.

  • Le bien-être de la population doit être renforcé par une alimentation équilibrée, beaucoup d’activité physique, un bon équilibre entre le travail et la vie privée et de solides centres de santé. En cas de besoin, la vaccination est à promouvoir.
  • Les avortements, l’euthanasie et les suicides doivent être évités. Les personnes se trouvant dans des situations difficiles doivent davantage pouvoir expérimenter un véritable soutien. Des possibilités pour empêcher l’avortement (comme les fenêtres à bébé, les accouchements anonymes, les centres de consultation pour l’éducation et en matière de grossesse) et l’euthanasie (par des soins palliatifs) sont à promouvoir. De plus, les personnes touchées par des maladies psychiques doivent être déstigmatisées.
  • Chaque être humain est égal en valeur et en dignité. Les personnes âgées, en situation de handicap ou malades ne doivent pas être mises au ban de la société.
  • Afin d’éviter la menace d’étranglement du système de santé, de nouveaux modèles pour les établissements médico-sociaux (EMS) sont de rigueur. Les professions des soins doivent être attractives. Il faut former davantage de médecins en Suisse.

Nous appartenons à la même communauté

Nous appartenons à la même communauté Tant la Bible que la Constitution fédérale attirent notre attention sur le bien-être des plus faibles. C'est pourquoi, nous plébiscitons une culture du partage. Nous sommes consterné·e·s de voir les habitant·e·s de la Suisse de plus en plus partagé·e·s. Du bon côté de la vie, certain·e·s bénéficient de l'accès à la formation, aux relations, à l'argent et à l'influence. Du mauvais côté de la vie, d'autres se battent dans leur détresse financière, mettent leur santé en péril et expérimentent la discrimination ou le mépris.

Nous appartenons tous et toutes à la même communauté ! C'est pourquoi nous ne voulons pas accepter que certain·e·s souffrent du chômage alors que d'autres sont écrasé·e·s par le surmenage au travail ; que les Suisses vivent dans un tout autre monde que les étrangères et étrangers de notre pays ; que les être humains de l'hémisphère nord ou sud de la planète n'aient pas les mêmes chances de vie.

  • Pas de nouveaux écarts entre riches et pauvres. En cas de besoin, l’état doit garantir des soutiens financiers aux étudiant·e·s. Les lacunes fiscales doivent être comblées et les impôts doivent toujours être progressifs.
  • Notre société multiculturelle nécessite des efforts réciproques. C'est pourquoi nous exigeons : des cours de langue selon la langue locale, des aides professionnelles à l'intégration pour les personnes admises définitivement ou provisoirement ainsi que des possibilités d'occupation, tout comme une aide au retour pour les requérant·e·s d’asile débouté·e·s.
  • Afin de combattre la misère dans le monde, nous voulons intensifier la coopération au développement. La Suisse doit s’engager pour une meilleure représentation des pays les plus pauvres dans les organisations internationales.
  • Nous nous engageons pour un système de pénalisation explicite de la clientèle des prostituté·e·s.
  • L'aide juridique doit également être possible en cas de soustraction fiscale et non uniquement en cas de fraude fiscale. Nous voulons assouplir le secret bancaire envers les autorités fiscales nationales et étrangères (stratégie de l’« argent propre ») et exiger de même des autres pays.
  • Connecter les générations : nous avons besoin les un·e·s des autres. Nous nous engageons pour la solidarité entre les générations, une haute qualité de vie des aîné·e·s, la réduction de la dette publique et des œuvres sociales.

 

 

Te sens-tu concerné·e par ces déclarations et revendications ? Peux-tu t’identifier au programme ci-dessus ? Souhaites-tu t’engager pour sa mise en œuvre ?

Alors rejoins le mouvement *jpev !

Annonce-toi. Nous nous réjouissons de chaque nouveau membre, tout comme pour des discussions ouvertes autour d’un verre, par téléphone ou e-mail.